"); NewWindow.document.close(); return false; }

FHI suspend l’essai clinique sur le Ténofovir
Mardi 26 avril 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

NIGERIA: FHI suspend l’essai clinique sur le Ténofovir


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  World Vision

C'est le troisième fois qu'un essai sur le Ténofovir est interrompu depuis le lancement de cette série d’études en Afrique et en Asie

DAKAR, 25 mars (PLUSNEWS) - L’essai clinique d’un médicament antirétroviral testé sur des travailleuses du sexe par l’organisation internationale Family Health International (FHI) a été suspendu au Nigeria, pour la deuxième fois depuis le lancement de cette série d’études en Afrique de l’Ouest, selon FHI.

Le Ténofovir, un antirétroviral (ARV) fabriqué et commercialisé depuis trois ans par le laboratoire américain Gilead sous le nom de Viread, devait être testé au Nigeria, au Ghana et au Cameroun sur ses éventuelles propriétés prophylactiques pour prévenir l’infection au VIH.

“C’est regrettable, mais l’étude sur le ténofovir au Nigeria ne pourra pas continuer en raison de l’incapacité de l’équipe locale de répondre aux standards requis pour cette étude”, a dit FHI dans un communiqué parvenu à PlusNews jeudi.

Selon Beth Robinson, du département recherche de FHI aux Etats-Unis, quelques 130 travailleuses du sexe ont été recrutées à Ibadan, dans le sud-ouest du pays, depuis juillet dernier sous la supervision d’un physicien, membre de la faculté de médecine d’Ibadan, le partenaire local de FHI.

“Au cours des cinq visites effectuées sur le site d’expérimentation ces derniers mois, les personnes qui contrôlent le déroulement de l’étude se sont rendues compte que l’équipe locale avait des problèmes pour suivre correctement les procédures de laboratoire et de terrain”, a dit Robinson à PlusNews.

Le Nigeria, un des pays les plus affectés au monde par l’épidémie de VIH, est le troisième pays où les essais du Ténofovir sont suspendus. Les autorités du Cambodge et du Cameroun ont pris cette décision respectivement en février 2005 et août 2004 sous la pression des volontaires et au motif que les principes éthiques entourant l’étude n’étaient pas respectés.

Néanmoins, l’essai se déroule convenablement à Téma, au Ghana, a précisé Robinson qui a ajouté qu’il n’avait pas encore démarré au Malawi, le cinquième pays dans lequel devrait se dérouler l’étude de FHI cette fois auprès de volontaires masculins.

Le Ténofovir, un ARV important dans les traitements qui soulagent les personnes vivant avec le sida, fait actuellement l’objet d’essais cliniques aux Etats-Unis (auprès de la population masculine homosexuelle), en Thailande, au Botswana et au Ghana, grâce à l’appui financier de la Fondation Bill et Melinda Gates qui finance ces essais à hauteur de 6,5 millions de dollars.

Selon le président de FHI, le docteur Ward Cates, cité par le Times, ce nouvel accroc pourrait compromettre la pertinence des données qui résulteraient de l’étude, dont l’échantillon initial était de 2 000 personnes à risque. L’échantillon pourrait du coup être augmenté au Malawi et au Ghana, a ajouté FHI.

Afin d’éviter toute controverse, Beth Robinson a tenu à préciser à PlusNews que les prostituées nigérianes enrolées dans l’essai seraient suivies pendant une période de trois mois afin de surveiller le bon fonctionnement de leurs poumons et de leurs reins après les premières prises de Ténofovir.

Des organisations non-gouvernementales camerounaises et françaises s’étaient mobilisées dès l’année dernière pour dénoncer le peu d’information donnée aux volontaires sur les risques encourus au cours des essais, ainsi que l’absence de suivi et de prise en charge thérapeutique gratuite en cas d’infection par le VIH.

Pendant l’étude, les volontaires sont répartis en deux groupes, l’un recevant chaque jour un comprimé de Ténofovir, l’autre une pilule ne contenant pas de principe actif. Mais ne sachant pas quelle est la nature de ce qu’elles avalent, ces prostituées pourraient se croire protégées et prendre encore plus de risques, ont souligné les activistes.

Après cette polémique sur les dangers de l’étude pour les volontaires, FHI a affirmé “mener activement des négociations pour établir des partenariats institutionnels afin d’assurer que les femmes qui participent à notre étude ont accès à des soins et traitements VIH pour le restant de leur vie”.

“Si cette étude ainsi que d’autres prouvent l’efficacité et l’innocuité du Ténofovir pour la prévention du VIH, Gilead Sciences, son fabricant, proposera ce médicament au prix coûtant au Cameroun ainsi que dans d’autres pays qui ont participé à la recherche”, a dit FHI dans un communiqué daté du 11 mars.

Au moins trois volontaires ont été détectées positives au VIH depuis le début de l’essai clinique au Cameroun, selon l’organisation internationale Médecins sans frontières.

Aucune d’entre elles n’aurait immédiatement besoin de traitements antirétroviraux, a précisé FHI, qui dit être toujours dans l'attente de la décision de reprise de ces essais après avoir satisfait au cahier de charges édicté par la Commission d'audit commise en février par le ministre de la Santé du Cameroun.

[FIN]


 
Autres articles sur Nigeria
Une loi interdit toute discrimination des séropositifs sur leur lieu de travail,  22/Apr/05
Le gouvernement promet des ARV pour 250 000 personnes d’ici 2006,  1/Mar/05
Quatre fois plus de personnes seront prises en charge par MSF en 2005 ,  21/Jan/05
Pour une extension des traitements en faveur des personnes vivant avec le VIH,  17/Dec/04
Ouverture d'une nouvelle usine de fabrication d’ARV au Nigeria,  30/Jul/04
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria
AEGIS
International HIV/AIDS Alliance
International Council of AIDS Services Organisations (ICASO)

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.