"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l ouest | Guinée: Le Fonds mondial ne finance plus la lutte contre le sida et le paludisme | Care Treatment, Economy, PWA ASOs, Prevention Research, Other | News Items
Dimanche 25 décembre 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

GUINÉE: Le Fonds mondial ne finance plus la lutte contre le sida et le paludisme


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

La Guinée doit rendre des comptes au Fonds mondial

DAKAR, 13 janvier (PLUSNEWS) - Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme ne financera pas la lutte contre ces épidémies en Guinée tant que le ministère de la Santé n’aura pas justifié l’utilisation des 1,3 millions de dollars déjà accordés depuis décembre 2003.

Selon Mabingue Ngom, en charge de l'Afrique de l'ouest et du centre au Fonds mondial à Genève, chaque demande de décaissement doit être accompagnée d'un état sur la situation financière justifiant les fonds déjà reçus et d'un résumé des réalisations faites avec les fonds libérés.

En l’absence de tels rapports, prouvant que les résultats promis ont été atteints, le Fonds mondial ne peut pas, à juste titre, procéder à de nouveaux décaissements, a dit Ngom.

Le Fonds et la Guinée ont signé en août 2003 un programme de deux ans destiné à lutter contre le VIH/SIDA et le paludisme et doté d’une enveloppe de 11,7 millions de dollars. Sur les 4,8 millions affectés au VIH/SIDA, seulement 1,4 millions ont été mis à la disposition des autorités guinéennes.

«On peut faire des exceptions en cas d’urgence justifiée, comme des ruptures d’approvisionnement en médicaments», a dit Ngom. “Mais ça ne doit pas être la règle. Il en va de la crédibilité du Fonds et du respect dû à ses bailleurs.”

En Guinée, le Fonds finance la mise en place de centres de dépistage et de transfusion sanguine, l’extension du nombre de personnes sous traitement antirétroviral et la formation du personnel médical et des communautés de base à la sensibilisation et la prise en charge des personnes vivant avec le virus.

Depuis août 2003, trois tranches de 401 406 dollars, 570 519 dollars et 415 155 dollars ont été décaissées par le Fonds, respectivement en décembre 2003, avril et septembre 2004.

Selon Ngom, le Fonds attend désormais que les rapports en souffrance lui parviennent avant de décaisser de nouvelles tranches.

Aucune explication n’a été fournie, le ministère de la Santé à Conakry ne pouvant être joint par PlusNews depuis Dakar jeudi.

Selon la première enquête nationale de séroprévalence conduite en 2002 par les autorités guinéennes à partir d’un échantillon de 8 900 personnes, 2,8 pour cent de la population sont infectés par le VIH.

Le taux d’infection au VIH grimpe à sept pour cent dans les grandes villes de Guinée forestière, une région enclavée entre la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone où le virus se propage sans contrôle.

Mais selon des sources hospitalières, il pourrait en réalité être deux fois plus élevé, compte tenu de l’absence de structures de dépistage et de prise en charge ainsi que de la faiblesse des campagnes de prévention auprès d’une population jeune et mobile.

La Guinée ne dispose que de trois centres de dépistage et de deux projets pilotes de distribution de médicaments antirétroviraux, pour près de cinq cents personnes qui vivraient avec le virus, selon des sources humanitaires.

“On fait quelques progrès mais ce sont des conditions extrêmement difficiles”, a dit Ngom.

La plupart des partenaires bilatéraux et multilatéraux de la Guinée, dont l’Union européenne, le Fonds monétaire et la Banque mondiale, ont suspendu leur aide budgétaire en raison du manque de transparence dans la gestion des finances publiques et des problèmes de gouvernance chroniques que connaît le pays depuis la fin des années 1990.

[FIN]




 
Autres articles sur Guinée
Jusqu’à 4 000 patients sous traitement antirétroviral d’ici décembre – autorités,  20/May/05
Le VIH/SIDA pourrait conduire à une situation explosive d’ici 2015 -- étude,  21/Apr/05
Cinq fois plus de personnes devraient être mises sous ARV ,  23/Mar/05
Les premiers antirétroviraux sont arrivés mais personne n’est formé pour les prescrire,  18/Jan/05
En région forestière, les jeunes filles sont de plus en plus vulnérables,  6/Jan/05
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
Sida Info Services
Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Le Réseau Afrique 2000
Guinéenews

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.