"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l ouest | Sénégal: Malgré les campagnes, les jeunes restent réfractaires au dépistage du VIH | Care Treatment, Children, PWA ASOs, Prevention Research | News Items
Mardi 31 janvier 2006
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

SÉNÉGAL: Malgré les campagnes, les jeunes restent réfractaires au dépistage du VIH


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  

Les jeunes craignent de se faire dépister au VIH et préfèrent ignorer leur statut

DAKAR, 3 octobre (PLUSNEWS) - Assis dans une salle de classe de son école, en chemise, cravate et souliers cirés, Lamine, un étudiant en informatique de 25 ans, avoue qu'il ne connaît pas son statut et qu'il n'a pas l'intention de se faire dépister au VIH.

«Je ne me suis jamais fait dépister, et je ne pense pas que je vais le faire bientôt», a affirmé ce jeune Dakarois. «Je préfère rester dans l'ignorance, Je veux vivre heureusement, pas avec l'idée en tête que j'ai le sida.»

«Je sais que je peux infecter les gens, mais je ne ferai pas le test», a-t-il ajouté.

En 2004, selon le ministère sénégalais de la Jeunesse, la majorité des personnes qui sont allées faire le test de dépistage du VIH au Sénégal était des jeunes de moins de 25 ans, mais cette ‘victoire’ est relative, dans la mesure où seules 3 500 personnes se sont fait dépistées.

Pourtant, «il y a urgence à dépister les jeunes au Sénégal», a estimé le docteur Papa Amadou Niang Diallo, un pharmacien biologiste responsable de l'équipe de dépistage de la campagne nationale 'Les jeunes optent pour le dépistage'.

Lancée le 28 septembre par le Ministère sénégalais de la jeunesse, cette campagne doit prendre fin le 8 octobre.

Selon la dernière étude sentinelle publiée en 2004, le taux de prévalence du VIH, calculé sur des femmes enceintes se rendant en consultation prénatale, était de 1,5 pour cent au Sénégal. Les résultats préliminaires de la dernière enquête démographie-santé (EDS) rendus publics en septembre et fondés sur un échantillon plus large de population ont évalué ce taux à 0,7 pour cent.

Selon l'EDS, 50 pour cent des nouvelles infections concernaient des jeunes âgés de 15 à 24 ans.

Les réticences des jeunes à se faire dépister au VIH sont d'autant plus regrettables que de gros efforts ont été fournis pour faciliter l'accès au dépistage de ceux qui souhaitent connaître leur statut sérologique, a estimé Kankou Coulibaly, la coordinatrice du secteur public du Conseil national de lutte contre le sida (CNLS).

Ainsi, l'âge légal du dépistage a été abaissé de 18 à 15 ans, en raison notamment de la précocité des mariages et des premières relations sexuelles, les relations sexuelles étant responsables de 90 pour cent des infections au Sénégal.

En dessous de cet âge légal, les personnes voulant se faire dépister doivent être accompagnées de leur tuteur.

Le nombre de sites offrant un dépistage anonyme et gratuit a également été augmenté. Actuellement, 65 centres proposent ce service au Sénégal, dont au moins une dizaine à Dakar.

Des messages qui font peur

Mais pour Alioune Badara Sow, le chargé de programme à l'ANCS, l'Alliance nationale contre le sida, un collectif d'associations impliquées dans la lutte contre le sida, cette peur du dépistage vient de la manière dont le message sur le virus est véhiculé, expliqué et perçu dans le pays.

«Dès le début, cette épidémie a été diabolisée, un cortège de stigmatisation l'accompagne», a-t-il expliqué à PlusNews.

Les acteurs de la lutte contre le sida «parlent [du VIH/SIDA], certes, mais pas de la bonne manière», a dit Keyti, un rappeur sénégalais qui a participé à 'Africa sans sida', une compilation sortie en 2004 qui réunissait différents artistes d'Afrique de l'Ouest.

«Le sida est considéré comme une maladie de la honte car ici, sida rime avec moralité douteuse», a renchéri Keyti.

Daouda Diouf, le coordinateur du programme VIH/SIDA d'Enda-santé, une organisation non-gouvernementale qui travaille avec les populations dites 'à risques', notamment les jeunes, a reconnu que les populations n'étaient pas assez bien informées pour comprendre la maladie.

«Il s'agit de revoir comment le message est véhiculé, c'est à nous, les acteurs de la lutte contre le sida, de [le faire]», a-t-il admis. «On continue à faire peur au lieu [d'expliquer]».

Max, une jeune Sénégalaise de 24 ans qui a été sensibilisée sur le VIH pour la première fois à travers un film projeté au centre culturel de son quartier, partage cet avis.

«Ca m'a fait peur, surtout de voir comment se manifestait le sida », a-t-elle raconté, soulignant que depuis, elle prend toutes ses précautions, mais qu'en revanche elle n'a pas encore eu le courage de se renseigner sur le dépistage, ne sachant à qui s'adresser.

En effet, a reconnu M. Sow de l'ANCS, «les acteurs de la lutte, jusqu'à présent, n'ont pas mis en place de stratégie efficace pour cerner toutes les questions qui se posent quand on évoque le dépistage», a-t-il affirmé.

Ainsi, l'ANCS a mis en place une formation intitulée 'les grandes questions sur le dépistage' destinée aux autorités médicales locales : elle leur donne les moyens de rassurer les populations sur le dépistage, en leur expliquant par exemple comment et où cela se passe, ainsi que les possibilités de traitements, gratuits au Sénégal, en cas de test positif au VIH.

Pour Khouman, un autre rappeur impliqué dans la lutte contre le sida, la peur du dépistage vient aussi du fait que peu de personnes au Sénégal savent que «les gens vivant avec le virus peuvent être comme toi et moi».

Khouman est l'un des organisateurs de la manifestation musicale ‘12 heures de reggae’ qui a eu lieu le 2 octobre sur une plage de la capitale sénégalaise, et à laquelle les autorités sanitaires sénégalaises ont été associées pour proposer le test de dépistage du VIH aux spectateurs. Une centaine de jeunes s'est faite dépistée à cette occasion.

Le pays manque de messages associant les personnes bien portantes à l'épidémie, a dit Lamine, le jeune étudiant, avouant que comme beaucoup de ses amis, il avait du mal à «imaginer un malade [du sida] autrement qu'agonisant sur un lit d'hôpital».

Montrer l’exemple est important

Selon le rappeur Keyti, contrairement à d'autres pays comme le Mali ou la Côte d'Ivoire où les personnes séropositives sont prêtes à parler à visage découvert en public ou devant la caméra, 'de nombreux Sénégalais n'ont jamais vu de sidéens'.

Se montrer à visage découvert permet de véhiculer un message plus positif sur l'épidémie, a-t-il estimé.

M. Diouf d'Enda-Santé a regretté que les personnes infectées par le VIH et leurs associations «ne se posent pas encore comme de véritables acteurs de la lutte contre la maladie», avec lesquels le public puisse dialoguer et s'informer.

«Les associations de personnes vivant avec le VIH ne jouent pas leur rôle», a estimé M. Diouf d'Enda-Santé. A quelques exceptions près, «leurs membres prennent [rarement] part à des témoignages», a-t-il regretté.

Enfin, pour M. Sow de l'ANCS, l'une des raisons pour lesquelles les jeunes sont encore réticents à se faire dépister vient du fait que «les Sénégalais, et spécialement les jeunes, n'ont pas reçu de signal fort de la part de leurs aînés ou de personnes reconnues pour montrer l'exemple».

Ni le président de la République, Abdoulaye Wade, ni le célèbre chanteur Youssou N'Dour, ni la star du football El Hadj Diouf ne se sont fait dépister, a-t-il remarqué.

Il faut pourtant absolument convaincre les jeunes de faire le dépistage du VIH, a insisté Mariame Sylla Diene, responsable du dépistage volontaire au ministère de la Santé, au point qu’il ne faut pas attendre qu'ils fassent eux-mêmes la démarche.

«Comme les populations ne viennent pas spontanément au dépistage du VIH, nous les trouvons là où elles se rassemblent pour les dépister», a-t-elle expliqué lors de la manifestation '12 heures de reggae'. «Si les [jeunes] savent qu'ils sont [séro]négatifs, ils feront tout pour le rester».

[FIN]




 
Autres articles sur Sénégal
Les étudiants, une cible des campagnes de dépistage,  9/Jan/06
Des réponses au bout du fil pour les plus jeunes,  14/Dec/05
Des médecins se penchent sur la santé et les besoins des homosexuels,  28/Nov/05
La fiction, un outil ludique de sensibilisation sur le VIH,  23/Nov/05
Vers un renforcement du partenariat entre secteur public et secteur privé,  21/Oct/05
Liens
· Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
· Sida Info Services
· VIH Internet
· Aides
· Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme


PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.