"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l ouest | Sierra Leone: Une étude de séroprévalence en projet pour réévaluer le taux d’infection au VIH | Care Treatment, PWA ASOs, Prevention Research | News Items
Dimanche 18 décembre 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

SIERRA LEONE: Une étude de séroprévalence en projet pour réévaluer le taux d’infection au VIH


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

Le gouvernement et ses partenaires internationaux se sont focalisés jusqu’à présent sur les campagnes de prévention contre le VIH/SIDA.

FREETOWN, 16 février (PLUSNEWS) - Les autorités sierra léonaises envisagent de lancer une étude nationale de séroprévalence en 2005 afin d’évaluer le nombre exact de personnes infectées par le VIH/SIDA et d’orienter les programmes de lutte vers les populations les plus vulnérables, a déclaré un officiel sierra léonais.

Le taux de prévalence au VIH en Sierra Leone est officiellement estimé à moins d'un pour cent mais ce chiffre est contesté par de nombreux acteurs de la lutte contre la pandémie qui estiment que jusqu’à cinq pour cent de la population de Freetown, la capitale, pourrait être infectée par le virus.

«Nous allons réaliser, en mars ou avril, une étude nationale pour déterminer les taux de prévalence réels du sida dans le pays», a déclaré à PlusNews le docteur Brima Kargbo, chargé du programme national de lutte contre le sida (PNLS) à Freetown.

Le taux de prévalence exact est difficile à évaluer dans ce pays d'Afrique de l'ouest ravagé par une décennie de guerre civile qui a fait plus de vingt mille morts, déplacé la moitié de la population et détruit les infrastructures sanitaires.

Le gouvernement estime qu'au moins 45 000 personnes, sur un total de cinq millions d’habitants, seraient infectées par le virus en Sierra Leone. Le taux moyen de prévalence au VIH s'établit ainsi à 0,9 pour cent, 2,1 pour cent dans la capitale Freetown et 0,7 pour cent hors de Freetown.

Ces chiffres, largement inférieurs au taux moyen de cinq pour cent qui prévaut en Afrique de l’ouest, se fondent sur une étude menée conjointement par le gouvernement et des officiels américains de la santé peu après la déclaration officielle de la fin de la guerre en janvier 2002, alors que certaines parties du territoire étaient encore inaccessibles.

Effectuée sur un échantillon de 2 412 tests sanguins recueillis dans les centres urbains de Sierra Leone (Freetown, Bo et Kenema), l’étude avait dans un premier temps révélé un taux de prévalence de 4,9 pour cent.

Mais ce taux a été ramené à 0,9 pour cent quelques mois plus tard, après que ces échantillons aient été de nouveau testés par un second laboratoire aux Etats-Unis.

Selon le docteur Leopold Zekeng, coordinateur pour le programme conjoint des Nations Unies contre le sida (Onusida) en Sierra Leone et au Liberia, une nouvelle étude est désormais nécessaire.

«Nous soutenons fermement la réalisation d'une étude qui nous permettra de récolter l'information nécessaire à l'évaluation effective de nos projets en cours», a-t-il dit à PlusNews.

«Tous les ingrédients sont réunis pour une explosion de l’épidémie dans le pays : la pauvreté, les réfugiés, les déplacements de populations, le chômage des jeunes, le commerce du sexe, l’illettrisme et le faible usage des préservatifs», a-t-il prévenu.

Des chiffres sous-évalués

Les études récentes réalisées sur des femmes enceintes ou sur d’autres catégories de population mettent toutes en lumière un taux de prévalence largement supérieur au taux officiel, dans un pays où des milliers de femmes ont été violées par les milices pro-gouvernementales ou les rebelles du Front uni pour la révolution (RUF), et qui a connu un large déploiement de troupes étrangères d'interposition à travers le pays.

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme cite ce qu’il appelle des «données plus fiables», fondées sur une étude menée en 2004 sur des femmes enceintes. Elle révèle que le taux de prévalence serait de 3,4 pour cent en moyenne et pourrait grimper jusqu’à cinq pour cent à Freetown.

Dans une enquête pilote menée en 2003 à Freetown par le laboratoire indépendant sierra-léonais Ramsy sur 347 femmes, le taux de prévalence obtenu était de 4,6 pour cent, selon Issatu Wurie, qui travaille pour Ramsy.

Catharina Coppens, chef de mission pour Médecins sans Frontières-Hollande, fait un constat similaire. L’organisation humanitaire apporte un appui technique aux hôpitaux des districts de Magburaka et Kambia, au nord-est de la Sierra Leone.

«A Kambia, sur 700 personnes testées au cours des six derniers mois, le taux de prévalence est légèrement supérieur à cinq pour cent», a-t-elle affirmé.

«Mais les personnes testées sont en majorité des femmes venues pour un suivi anténatal ou pour des tests volontaires, ce ne sont pas les personnes les plus à risque», a précisé Coppens.

Le district de Kambia, frontalier avec la Guinée, a été très affecté par la guerre. De nombreuses infrastructures ont été détruites et une partie de la population est allée chercher refuge en Guinée, a-t-elle expliqué.

Selon elle, à Magburaka, zone envahie par les rebelles mais dans laquelle les déplacements de population ont été moins intenses, le taux de prévalence du sida s’établit à trois pour cent.

Pour le docteur Kargbo, cependant, les estimations qui se fondent sur des échantillons d’individus dans les cliniques ne sont pas représentatives de ce qu’il se passe dans le pays.

«On ne détermine pas le taux de prévalence en s'appuyant sur le nombre de cas de VIH que nous observons dans nos centres de santé. Nous devons prendre en considération l'intervalle de confiance, le degré de précision, le standard d'erreur, l'échantillon», a dit Kargbo.

Selon le professeur Kargbo, la Sierra Leone pourrait bientôt recevoir 8,5 millions de dollars du Fonds mondial. De son côté, la Banque mondiale a financé en 2002 un projet de lutte contre le sida à hauteur de 15 millions de dollars. Elle soutient toujours plusieurs programmes axés sur les soins à apporter aux personnes infectées par le VIH/SIDA, a ajouté Kargbo.

«En 2002, lorsque le projet de la Banque mondiale a été lancé, les infrastructures étaient détruites et la priorité a été accordée, dans un premier temps, à la reconstruction et à la prévention de la maladie», a dit Kargbo. «Cette fois, l’accent pourrait être mis sur le traitement des personnes qui vivent avec le sida.»

Selon lui, près de cent patients reçoivent un traitement antirétroviral (ARV) à Freetown, un nombre en augmentation depuis le lancement par le gouvernement en janvier d'un programme de distribution gratuite d’ARV pour 300 personnes vivant avec le sida.

D’un coût de 180 000 dollars, ce premier programme d’un an est géré par une organisation non-gouvernementale locale, la Sierra Leone Treatment Action Group (SILTAG).

Son président, le professeur Robert R. Willoughby, est lui aussi sceptique sur le taux officiel retenu par le gouvernement.

«Compte tenu des cas que je reçois dans ma clinique, le taux de prévalence en Sierra Leone se situe entre trois et quatre pour cent», a-t-il affirmé.

[FIN]




 
Autres articles sur Sierra Leone
Les efforts pour vaincre la stigmatisation commencent à porter leurs fruits.,  8/Dec/04
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria
AEGIS
International HIV/AIDS Alliance
International Council of AIDS Services Organisations (ICASO)

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.