Vaccin et prise en charge des IST, des alternatives pour se protéger du VIH

NIGERIA: Vaccin et prise en charge des IST, des alternatives pour se protéger du VIH

LAGOS, 9 septembre 2005 (PLUSNEWS) - Le président du comité d’organisation de la 14e conférence africaine sur le sida, ICASA, da dénoncé jeudi l’échec des politiques de prévention de l’épidémie au Nigeria, l’un des pays les plus infectés au monde.

Selon le professeur Femi Soyinka, un éminent défenseur des droits de l’homme, après plus de 20 ans de présence avérée du VIH/SIDA au Nigeria, la fameuse formule selon laquelle l’abstinence, la fidélité et le port du préservatif préservent de l’infection, n’a pas porté ses fruits.

Pour le professeur, qui s’exprimait au cours de la 10e conférence de l’Association nigériane des Infections sexuellement transmissibles (IST) à Ibadan, dans le sud-ouest du pays, la prise en charge des IST et la production de vaccins microbicides constituent des stratégies alternatives viables de prévention contre le virus.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, compte le plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA après l’Afrique du Sud et l’Inde. Selon les estimations du gouvernement, cinq pour cent des 126 millions d’habitants que compte le pays auraient contracté le virus.

[FIN]


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.