"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l est | Ouganda: L’enquête sur la mauvaise gestion des fonds a démarré | Care Treatment, Children, Economy, PWA ASOs, Prevention Research, Stigma Human rights | News Items
Mardi 21 février 2006
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
·Kenya
·Soudan
·Tanzanie
·Ouganda
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest

Documents

Abonnementpar email
 

OUGANDA: L’enquête sur la mauvaise gestion des fonds a démarré


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  

L’Ouganda est montré en exemple en matière de lutte contre l’épidémie de VIH

KAMPALA, 19 septembre (PLUSNEWS) - Une commission composée de six personnes a ouvert l’enquête sur les allégations de mauvaise gestion des financements des programmes contre le sida, selon les autorités ougandaises.

Le responsable de l’enquête, le juge de la Haute Cour James Ogoola, a dit que des auditions publiques pourraient dévoiler certaines informations au-delà de la controverse qui a provoqué la suspension des 200 millions de dollars américains accordés à l’Ouganda par le Fonds de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

L’organisation internationale de financement a suspendu une partie de son assistance à l’Ouganda en août après qu’un audit ait révélé la mauvaise gestion des fonds. Le programme de lutte contre les épidémies a été limité à des mesures vitales pour les personnes qui en bénéficient – dont l’approvisionnement en médicaments et préservatifs – et ce jusqu’à la fin de l’enquête.

C’est le président ougandais Yoweri Museveni qui a nommé les membres de la commission.

“Les auditions seront totalement publiques et les personnes impliquées seront libres de désigner des avocats [pour les défendre]”, a dit M. Ogoola lors d’une conférence de presse dans la capitale ougandaise.

“Nous prévoyons de créer un site internet pour le grand public et le reste du monde pour que les gens puissent suivre la procédure. Nous lançons un appel au public, à toutes les institutions et à tous ceux qui ont des informations sur cette question de venir et d’en profiter”, a-t-il ajouté.

“Nous allons travailler en plusieurs étapes”, a expliqué le juge Ogoola. “Nous sommes encore dans une phase de réflexion. Nous avons commencé par nous-mêmes… Et puis nous ouvrirons les auditions publiques. L’enquête devrait durer deux mois, à partir du 6 septembre.”

Le Fonds mondial avait déjà subventionné le programme de lutte contre le VIH/SIDA de l’Ouganda à hauteur de plus de 40 millions de dollars quand ses auditeurs ont découvert d’importantes malversations.

La suspension des subventions a porté un grand coup à l’Ouganda, un pays montré en exemple en matière de lutte contre l’épidémie de VIH/SIDA en Afrique de l’est.

La pandémie a déjà tué près d’un million de personnes en Ouganda et un nombre comparable de patients vit actuellement avec le virus. Le programme agressif de lutte contre le sida a permis de réduire la prévalence de l’infection à six pour cent, contre 30 pour cent au début des années 90.

[FIN]




 
Autres articles sur Ouganda
Le Fonds mondial lève ses sanctions contre l’Ouganda,  14/Nov/05
Le président Museveni réclame une enquête sur l’utilisation des fonds internationaux,  30/Aug/05
Le Fonds mondial suspend ses financements pour lutter contre le sida,  26/Aug/05
Le VIH/SIDA, une menace sérieuse pour les communautés de pêcheurs,  21/Jul/05
Les responsables catholiques exhortés à ne plus s’opposer au préservatif,  15/Jun/05
Liens
· Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
· Sida Info Services
· VIH Internet
· Aides
· Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme


PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.