"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l ouest | Cameroun: Les personnes riches et instruites sont plus vulnérables au VIH -- EDS | Care Treatment, Children, Economy, PWA ASOs, Prevention Research, Stigma Human rights, Other | Daily
Samedi 7 janvier 2006
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

CAMEROUN: Les personnes riches et instruites sont plus vulnérables au VIH -- EDS


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]


DAKAR, 23 août (PLUSNEWS) - Selon une nouvelle étude de démographie et de santé (EDS), que le ministère de la Santé vient de rendre publique, les populations les plus favorisées seraient les touchées par l’épidémie de VIH/SIDA au Cameroun.

L’EDS-III a établi que les personnes ayant été à l’école sont deux fois plus vulnérables au VIH/SIDA que celles qui n’ont aucune instruction : 3,4 pour cent des femmes non diplômées seraient infectées par le VIH, contre 7,2 et 8,2 pour cent des femmes ayant suivi les cycles du primaire et du secondaire, selon Maurice Feuzeu, du Comité national de lutte contre le sida (CNLS) cité par le quotidien Mutations de Yaoundé.

La même tendance est observée chez les hommes : alors que le taux de prévalence chez les plus instruits est de 4,3 pour cent, il n’est que de 2,7 pour cent chez ceux qui n'ont pas été à l’école. Autre révélation de l’étude, ce sont les couches sociales les plus riches qui sont les plus affectées par l’épidémie – le taux d’infection parmi les femmes ‘riches’ est, selon l’étude, de huit pour cent, contre 3,1 pour cent parmi les moins favorisées.

L’étude insiste également sur la hausse du taux de prévalence chez les jeunes filles de moins de 25 ans, de l’ordre de 12 pour cent, soit, a dit le rapport, "sept fois plus que les jeunes filles âgées de 15 à 17 ans (1,6 pour cent)". Pour M. Feuzeu, cité par le quotidien camerounais, “ces chiffres font craindre 8 500 naissances de bébés séropositifs [au terme] de l'année 2005”.

A partir des enquêtes menées auprès d’un échantillon de 11 556 personnes en 2004, l’EDS a conclu que le taux de prévalence national s’établissait à 5,5 pour cent de la population adulte, un chiffre nettement inférieur à celui de 11,8 pour cent estimé à partir des études sentinelles menées sur des femmes enceintes âgées de 15 à 49 ans.

[FIN]

Plus de breves




 
Autres articles sur Cameroun
Les communautés de base sollicitées pour changer les comportements ,  27/Dec/05
Combattre le sida, c’est d’abord le connaître,  16/Nov/05
Des associations au chevet des personnes infectées dans les zones rurales,  9/Nov/05
Apprendre aux femmes rurales à contrôler leur vie sexuelle,  27/Sep/05
FHI clôt l’essai clinique du Ténofovir, un médicament antirétroviral,  4/Aug/05
Liens
· Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
· Sida Info Services
· VIH Internet
· Aides
· Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme


PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.