"); NewWindow.document.close(); return false; }

L’épidémie de VIH gagne du terrain, le tourisme et le pétrole en cause
Jeudi 26 mai 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

SAO TOME-ET-PRINCIPE: L’épidémie de VIH gagne du terrain, le tourisme et le pétrole en cause


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

Dans les rues tranquilles de l'archipel, des panneaux appellent à l'utilisation des préservatifs pour prévenir une flambée de l'épidémie

SAO TOME, 10 mai (PLUSNEWS) - Le taux d’infection au VIH à Sao Tome et Principe pourrait tripler d’ici cinq ans en raison du développement touristique et pétrolier de cette petite île isolée du golfe de Guinée, selon l’un des principaux acteurs de la lutte contre le sida.

“A moins que des mesures de prévention soient immédiatement prises, le nombre de personnes séropositives dans ce pays pourrait tripler d’ici cinq ans”, a dit lors d’une conférence de presse Antonio Amado Vaz, le directeur exécutif de l’association de Sao Tome pour la protection de la famille (ASPF), une ONG très impliquée dans les campagnes de sensibilisation contre le sida.

Le programme national de lutte contre le sida (PNLS) a pour l’instant beaucoup de mal à faire face à la situation.

Son directeur, Amado Vaz, un médecin formé à Cuba, a démissionné en décembre pour protester contre les lourdeurs bureaucratiques qui ont conduit la Banque mondiale à suspendre les financements destinés à la lutte contre l’épidémie.

Il s’est insurgé, la semaine dernière, contre les incohérences d’une politique qui empêche aujourd’hui de nombreux patients de bénéficier des traitements antirétroviraux (ARV) qui prolongent leur vie.

Ainsi, bien que le Brésil ait offert à Sao Tome suffisamment de médicaments pour soigner 100 personnes dans un département spécial de l’hôpital principal, moins de 30 patients sont aujourd’hui sous traitement.

Selon Amado Vaz, le taux de prévalence dans cet ilôt endormi à 300 kilomètres des côtes du Gabon pourrait être beaucoup plus élevé que l’estimation officielle de un pour cent de personnes infectées.

Il a affirmé que 159 cas de sida ont été enregistrés sur l’île de Sao Tome, mais aucun sur la petite île voisine de Principe, 150 kilomètres plus au nord.

Mais selon Vaz, entre 3 000 et 6 000 personnes pourraient être infectées par le VIH/SIDA soit deux à quatre pour cent des 140 000 habitants de l’archipel, un chiffre supérieur au taux officiel de prévalence, estimé en 2002, à 1,5 pour cent.

Quelques soient les chiffres, Amado Vaz et les agences des Nations Unies se disent inquiets du risque de progression rapide de la pandémie qui coinciderait avec l’arrivée de visiteurs étrangers.

Dans un rapport publié l’année dernière, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) avait dit craindre une augmentation sensible du taux d’infection au VIH au cours des prochaines années, qui pourrait alors atteindre cinq pour cent de la population générale.

Un taux de cinq pour cent de personnes infectées signifie que l’épidémie est “généralisée” et donc difficilement contrôlable.

Les touristes sont de plus en plus attirés par l’archipel poissonneux de Sao Tome et Principe, dont les quelques stations balnéaires ne dénaturent pas un paysage et une vie animale toujours préservés.

Touristes et pétroliers

Mais à Sao Tome, on s’inquiète du risque de développement du tourisme sexuel avec la venue de voyageurs venus du Portugal et d’Afrique du sud grâce à des vols réguliers avec Lisbonne et Johannesbourg -- un pédophile portugais a d’ailleurs été condamné et emprisonné par les autorités l’année dernière.

De plus en plus d’hôtels se construisent à présent sur les plages vierges bordées de cocotiers et si les touristes ne sont aujourd’hui qu’une poignée, Amado Vaz craint qu’ils soient rapidement des centaines et que les infections sexuellement transmissibles (IST) commencent à se propager dans l’archipel.

Ce flux croissant de voyageurs est alimenté par celui des pétroliers, venus explorer les eaux profondes de la zone conjointe de développement partagée avec le géant nigérian.

“Le pays n’est pas du tout préparé à cela”, a estimé Amado Vaz.

Le premier bloc de la zone pétrolifère commune, en réalité une extension des champs du Nigeria, a été accordé en février à un consortium conduit par le pétrolier américain Exxonmobil qui prévoit les premiers forages pour 2007.

Du coup, le gouvernement américain pourrait étendre la piste du petit aéroport de Sao Tome et construire un nouveau port en eaux profondes pour un coût estimé à 500 millions de dollars, autant que Sao Tome pourrait gagner en 100 ans d’exportation de fèves de cacao, sa principale source de devises.

Pour les acteurs de la lutte contre le sida, le risque est grand d’assister à une explosion de l’épidémie de VIH/SIDA à Sao Tome, comme cela s’est passé en Guinée équatoriale voisine qui a vu, après le début de l’exploitation pétrolière en 1991, son taux de prévalence bondir à 7,2 pour cent.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux d’infection au VIH en Guinée équatoriale ne cesse de grimper au point de frôler les 10 pour cent.

Or, à Sao Tome, aucune association de personnes vivant avec le VIH/SIDA ne défend les droits des séropositifs et la pandémie prospère sans que rien ne vienne briser les tabous qui l’entourent, selon Amado Vaz.

Il a ajouté que les personnes infectées sont souvent rejetées par leurs communautés et leurs propres familles.

Seule l’ASPF tente de faire passer des messages de prévention via un réseau d’activistes volontaires, qui distribuent gratuitement des préservatifs. Rares sont ceux qui savent comment se protéger et, selon l’Unicef, seulement 30 pour cent de la population utilisent une méthode de contraception.

Une jeune fille de 18 ans interrogée dans la rue a dit ne pas savoir comment le sida se transmet, ajoutant qu’elle et son ami utilisaient des préservatifs pour éviter une grossesse malencontreuse.

Sao Tome a enregistré un premier cas de sida en 1987 mais il y a eu une rapide accélération du nombre de personnes infectées en 1998 à la suite de l’expulsion par les autorités gabonaises de 3 000 Sao Toméens, selon Adamo Vaz.

Le taux de prévalence du VIH/SIDA est particulièrement élevé dans ce petit Etat pétrolier d’Afrique centrale, où 8,1 pour cent de la population sont infectés par le virus.

Ainsi, Amado Vaz a admis que, contrairement à ce que l’on constate dans la plupart des pays africains, plus d’hommes que de femmes étaient séropositifs dans l’archipel, en raison de la forte mobilité de la population masculine.

[FIN]


 
Autres articles sur SAO TOME-ET-PRINCIPE
L’archipel renforce son programme de lutte contre le sida,  21/Dec/04
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
Sida Info Services
Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Le Réseau Afrique 2000
Guinéenews

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.