"); NewWindow.document.close(); return false; }

Le gouvernement encourage les guérisseurs traditionnels à combattre le VIH/SIDA
Jeudi 26 mai 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

BURKINA FASO: Le gouvernement encourage les guérisseurs traditionnels à combattre le VIH/SIDA


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

La majorité des Africains fait appel à la médecine traditionnelle

OUAGADOUGOU, 25 février (PLUSNEWS) - Le gouvernement du Burkina Faso a encouragé les guérisseurs traditionnels de l'Afrique de l'Ouest à collaborer avec les chercheurs scientifiques dans la lutte contre le VIH/SIDA en utilisant des traitements à base d'herbes pour faire face aux maladies opportunistes du sida, telles que la tuberculose et la diarrhée.

Jean Gabriel Wango, le secrétaire général du ministère de la Santé, a lancé l'appel à l'ouverture d’un salon international d'une semaine sur la médecine traditionnelle dans la capitale Ouagadougou, lundi.

"Il n'y a aucun doute que les herbes traditionnelles peuvent être utilisées pour soigner les maladies infectieuses découlant du VIH/SIDA, mais nous avons besoin d'une confirmation scientifique de la propriétés de ces plantes avant de les utiliser à une plus large échelle," a-t-il expliqué.

Le Salon international des remèdes naturels de Ouagadougou (Sirena) a rassemblé les guérisseurs du Burkina Faso, du Ghana, du Mali, du Togo, du Benin, de la France et de la Chine, sous le thème : "Rôle et place de la médecine et de la pharmacopée traditionnelle dans la lutte contre les maladies opportunistes du VIH/SIDA en Afrique.”

"Les guérisseurs traditionnels se sont toujours montrés plutôt méfiants envers les praticiens modernes. Les premiers pensent toujours que ces derniers vont leur voler leurs connaissances," a remarqué Wango.

L'exposition se tient sous les auspices de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme de développement des Nations Unies (PNUD) et l'organisation non-gouvernementale Promotion de la médecine traditionnelle (PROMETRA).

Une grande attention a été accordée aux guérisseurs dans la lutte contre le sida au Burkina Faso, depuis la tenue à Ouagadougou de la conférence internationale sur le VIH/SIDA et les infections sexuellement transmissibles (IST) en décembre 2001.

A ce forum, les guérisseurs avaient été invités à échanger avec les chercheurs scientifiques.

Selon l'OMS, 80 pour cent des Africains consultent régulièrement les guérisseurs traditionnels.

Les participants à cette semaine du Sirena ont déclaré que les médecins traditionnels pourraient jouer un rôle clé en aidant à renforcer la cohésion sociale pour les personnes vivant avec le sida dans leurs communautés, parce que les guérisseurs eux-mêmes étaient très respectés.

"Il y a eu beaucoup de progrès dans l'utilisation des plantes traditionnelles, en particulier concernant leur appelation, les indications sur leurs effets secondaires et la posologie," a indiqué Marc Olivier, le premier responsable de Pharma, un projet français qui apporte son conseil à quelque 300 guérisseurs burkinabés dans le développement et la récolte des plantes médicinales.

"Ces médicaments sont vraiment effectifs et les gens croient réellement en ces guérisseurs. Ce sont les problèmes qui poussent les gens à consulter les guérisseurs avant de se rendre à l'hôpital, indépendamment du facteur coût," a ajouté Olivier.

Le Burkina Faso a déjà accueilli un centre de soins soutenu par l'OMS où des personnes vivant avec le VIH/SIDA sont soignées au moyen de la médecine traditionnelle.


[FIN]


 
Autres articles sur Burkina Faso
Des migrants trop démunis pour se payer des médicaments antirétroviraux,  2/Feb/05
Sans l’aide des ONG, pas de traitement ARV pour tous,  29/Dec/04
Mobiliser les ressources locales: la seule solution pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA,  4/Nov/04
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
Sida Info Services
Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Le Réseau Afrique 2000
Guinéenews

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.