"); NewWindow.document.close(); return false; }

Les transports publics pour lutter contre le VIH
Mardi 22 février 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
·Angola
·Botswana
·Comores
·Lesotho
·Madagascar
·Malawi
·Maurice
·Mozambique
·Namibie
·Afrique du Sud
·Swaziland
·Zambie
·Zimbabwe
Afrique de l'Ouest

Documents

Abonnementpar email
 

OUGANDA: Les transports publics pour lutter contre le VIH


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

Le Gabon a été le premier à utiliser les taxis en commun pour éduquer les usagers sur la pandémie de sida

KAMPALA, 24 janvier (PLUSNEWS) - Taxis, pirogues, bus, tous les moyens de transport public du réseau de transport ougandais ont été mis à contribution pour lutter contre le VIH/SIDA dans le pays, selon le ministère de la Santé.

«Nous en sommes venus à développer cette stratégie car nous pensons que travailler de pair avec le réseau de transport en commun permettra de faire prendre conscience au millier d’usagers qui utilise les transports public chaque jour de la nécessité de changer de comportement», a déclaré à PlusNews Julius Byenkya du Projet national de lutte contre le sida.

Le projet utilisera tous les véhicules du transport public que compte le pays, des cars interurbains en passant par les minibus de 15 passagers, les taxis, les motocyclettes (“boda bodas”), les ferries et les pirogues.

Byenkya a expliqué à PlusNews que le gouvernement souhaite sensibiliser les usagers en affichant des messages de prévention via des posters et des autocollants sur les moyens de transports publics, qui distribueront, dans la foulée, préservatifs et dépliants sur la pandémie.

«Notre principal objectif est de changer le comportement des Ougandais. Nous avons découvert qu’une grande majorité d’entre eux savent ce qu’est le sida mais n’ont pas pour autant changé de comportement», a déclaré le ministre, pour qui 98 pour cent de la population seraient informés de la réalité de la pandémie.

L’Ouganda mène une campagne de prévention très agressive contre le sida, qui a eu pour effet de réduire le taux d’infection à moins de six pour cent en 2004 alors qu’il se situait à 30 pour cent au début de la décennie 90. Vingt-trois ans après l’apparition du premier cas de sida en Ouganda, plus d’un million de personnes en sont mortes.

Cette nouvelle stratégie des pouvoirs publics vise à impliquer les opérateurs du transport public, conducteurs et chauffeurs, en leur donnant un rôle d’éducateur. Byenkya a aussi indiqué que des feuilletons et des informations seront diffusées dans les véhicules.

Le Gabon, un petit pays d’Afrique centrale durement frappé par le virus, a été le premier à utiliser les taxis en commun pour éduquer les usagers sur la pandémie de sida. Les taxis rouge et blanc de Libreville sont tapissés de slogans sur le virus et distribuent gratuitement des préservatifs et des dépliants d’information. Depuis son introduction au Gabon en novembre dernier, les chauffeurs de taxi ont affirmé que la campagne est un franc succès, particulièrement auprès des jeunes.

Une importante délégation de représentants du Royaume-Uni, de la Norvège, de l’Onusida et de la Banque mondiale se sont rendus en Ouganda la semaine dernière afin d’identifier les éléments clé de la stratégie ougandaise de prévention, qui pourraient être exportables à d’autres pays.

[FIN]


 
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria
International HIV/AIDS Alliance
International Council of AIDS Services Organisations (ICASO)
Global Network of People Living with HIV/AIDS

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.