"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique de l ouest | Burkina Faso: Trois nouveaux films fictions pour sensibiliser les populations sur le VIH/SIDA | Media, PWA ASOs, Prevention Research, Stigma Human rights | Daily
Dimanche 18 décembre 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

BURKINA FASO: Trois nouveaux films fictions pour sensibiliser les populations sur le VIH/SIDA


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]


DAKAR, 3 juin (PLUSNEWS) - “La guerre des sexes”, “Affaire de caoutchouc” et “Sida palabre”, trois courts métrages de sensibilisation sur le VIH/SIDA réalisés à l’initiative de l’association française Cinomade, ont été présentés mercredi soir au centre culturel français de Bobo Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso.

Réalisés par le cinéaste suisse Berni Goldblat installé à Bobo, ville du sud-ouest du pays qui abrite également l’antenne burkinabè de Cinomade, ces trois fictions ont été produites en langue dioula pour toucher un public plus large, a précisé le quotidien national ‘Le Pays’.

L’association, dont l’objectif est la création et la diffusion d’outils de sensibilisation, a tourné plusieurs films de sensibilisation au VIH/SIDA en Afrique de l’ouest depuis 1998 et s’est fait connaître en 2001 au Burkina Faso avec le film “Doni doni ban bèla” (“On a tous une part de responsabilité”, en Dioula), un ensemble de témoignages de Burkinabè sur le sida qui a depuis été traduit en plusieurs langues locales et pour diffusion jusque dans les villages les plus isolés.

La projection de ces films est accompagnée d’un débat pour inviter les populations à parler ouvertement des questions liées à l’épidémie, dans l’un des pays les plus pauvres du monde qui affichait un taux de prévalence de 2,7 pour cent en 2003 selon le programme conjoint des Nations Unies, et de 1,8 pour cent selon les autorités.

[FIN]

Plus de breves




 
Autres articles sur Burkina Faso
Une extension des traitements à hauts risques,  25/Nov/05
Des associations font des miracles dans le dépistage du VIH ,  7/Jul/05
Un plan de lutte contre le sida pour 2010 ambitieux... mais coûteux,  4/Jul/05
Bientôt un premier centre de soins pour les enfants vivant avec le sida,  27/Jun/05
Des migrants trop démunis pour se payer des médicaments antirétroviraux,  2/Feb/05
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria
International HIV/AIDS Alliance
International Council of AIDS Services Organisations (ICASO)
Global Network of People Living with HIV/AIDS

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.