"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique Australe | Zambie: Les provinces oubliées dans l’accès aux antirétroviraux | Care Treatment, Economy, PWA ASOs, Stigma Human rights | News Items
Dimanche 12 février 2006
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
·Angola
·Botswana
·Comores
·Lesotho
·Madagascar
·Malawi
·Maurice
·Mozambique
·Namibie
·Afrique du Sud
·Swaziland
·Zambie
·Zimbabwe
Afrique de l'Ouest

Documents

Abonnementpar email
 

ZAMBIE: Les provinces oubliées dans l’accès aux antirétroviraux


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  IRIN

Les personnes vivant avec le VIH loin des centres urbains sont oubliées

ZAMBEZI, 27 mai (PLUSNEWS) - Dans le district isolé de Zambezi, près de la frontière entre la Zambie et l’Angola, s’approvisionner en médicaments contre le sida est une lutte de haut rang pour ceux qui vivent avec le virus.

Une fois par mois, les Zambiens séropositifs ayant besoin d’un traitement doivent parcourir plus de 500 kilomètres sur des routes couvertes de nids de poule pour recevoir les médicaments qui prolongent la vie dans un centre de santé à Solwezi, la capitale provinciale, le seul centre à distribuer des antirétroviraux dans cette région particulièrement pauvre.

Melody Sachikoka a découvert sa séropositivité il y a trois ans, mais elle n’a pas les moyens de payer les 300 000 Kwacha (65 dollars) nécessaires pour aller à Sowezi effectuer un test CD4 --qui permet d’évaluer la résistance du système immunitaire-, un test pourtant indispensable à faire avant de commencer un traitement.

Se rendre dans la capitale provinciale n’est pas seulement coûteux, c’est aussi très éprouvant physiquement. Les transports en commun sont irréguliers et la majeure partie du trajet s’effectue dans des véhicules antiques sur des routes poussiéreuses en très mauvais état.

“La plupart de nos membres ne gagne même pas 50 000 Kwacha (11 dollars) par mois, ils meurent avant de recevoir le traitement”, a déploré Alex Kalukangu, secrétaire de la branche locale du Réseau des personnes vivant avec le VIH/SIDA en Zambie (NZP+).

Sachikoka, qui survit grâce à des petits travaux domestiques, craint le jour où elle va tomber malade et où elle devra commencer à prendre des antirétroviraux (ARV).

“Pour l’instant je suis coincée, je ne sais pas quoi faire. J’espère simplement que des associations ou des bienfaiteurs m’aideront quoi qu’il arrive”, a dit à PlusNews cette jeune femme de 34 ans, membre du NZP+.

Avec la mauvaise récolte qui a fait grimper les prix des denrées alimentaires, même ceux qui recoivent un traitement doivent lutter pour essayer de s’assurer une alimentation équilibrée.

NZP+ distribuait des colis de nourriture composés de maïs, de sucre, de haricots et d’arachides, jusqu’à ce que les fonds destinés au programme nutrition se tarissent. “Le seul soutien que nous apportons pour le moment [aux personnes vivant avec le VIH] ce sont des conseils”, a dit Sachikoka.

Selon Kalukangu, les déclarations faites par les officiels du gouvernement dans les media, se félicitant de la large disponibilité des traitements en Zambie, ont donné aux gens vivant dans les régions isolées de “faux espoirs”.

“C’est triste d’entendre les ministres ou les activistes de la lutte contre le sida dire que nous avons autant d’ARV, alors qu’ici les gens meurent”, a dit Kalukangu. “Ils ne devraient pas parler seulement à Lusaka pour faire plaisir aux bailleurs de fonds, on a besoin d’ARV ici”.

Environ 25 000 Zambiens bénéficient actuellement d’un traitement contre le sida mais le gouvernement doit augmenter ce chiffre dans les zones rurales, a prévenu Jackson Likoso, président de la branche locale du NZP+. Il a cité le cas de trois membres du NZP+ qui sont morts avant même d’avoir pu commencer un traitement.

Pour ceux qui sont déjà sous antirétroviraux mais qui ne peuvent pas continuer à faire chaque mois le voyage difficile à Solwezi pour aller chercher leurs médicaments, des travailleurs de la santé et des aides à domicile dans la région tentent de les aider.

Machune Chivunda, coordinatrice des soins à domicile à Zambezi, se rend régulièrement à Solwezi. Ses patients lui demandent souvent de les réapprovisionner en médicaments.

Bien qu’étant infirmière à l’hôpital local du disctrict de Zambezi, Chivunda passe de longues journées à faire la queue comme tout le monde au centre de santé de Solwezi.

Clement Mfuzi, coordinateur national du NZP+, a estimé que le gouvernement ne pouvait pas se permettre d’ignorer les provinces. Non seulement les habitants de ces provinces sont des gens qui ont besoin de traitement mais en plus les personnes malades dans les villes sont déplacées vers les villages.

Le gouvernement espère pouvoir mettre près de 100 000 personnes sous traitement avant la fin 2005. Environ deux millions de Zambiens vivent avec le VIH/SIDA.

“Nous avons ouvert 65 centres à travers le pays, et nous espérons que d’ici la fin de l’année tous les districts pourront distribuer des ARV” a dit Victor Mukonka, porte-parole du Conseil national de la santé. “De là, nous passerons à l’échelle des sous-districts”.

“Il est important de noter qu’il y a à peine un an, seuls neuf centres provinciaux distribuaient des ARV, mais nous avons augmenté ce chiffre”, a souligné Mukonka.

L’activiste Winston Zulu, séropositif, a reconnu que le programme de traitement en Zambie avait fait des progrès.

“On a avancé, et on doit maintenant renforcer les capacités de tous les centres de santé pour qu’ils distribuent des ARV”, a dit Zulu à PlusNews. Mais l’exode des professionnels de la santé reste un obstacle majeur, comme c’est le cas dans de nombreux pays de la région, a-t-il souligné.

[FIN]




 
Autres articles sur Zambie
Une nouvelle combinaison de médicaments pour réduire la transmission mère-enfant,  27/Jan/06
Un projet communautaire pour financer l’achat de traitements contre le sida,  2/Jun/05
Un projet communautaire atténue l’impact du VIH/SIDA,  17/May/05
Le gouvernement ne fait pas assez pour les orphelins du sida -- rapport,  28/Apr/05
Liens
· Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
· Sida Info Services
· VIH Internet
· Aides
· Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme


PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.