"); NewWindow.document.close(); return false; }

Le préservatif féminin à la traîne
Samedi 27 août 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

GABON: Le préservatif féminin à la traîne


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  Female Health Company

Peu de femmes recourent au préservatif féminin

LIBREVILLE, 21 octobre (PLUSNEWS) - Au Gabon, l’un des pays d’Afrique centrale les plus touchés par l’infection du VIH/Sida, l’usage du préservatif féminin demeure bien moins répandu que celui du préservatif masculin, mais la baisse récente du coût des préservatifs féminins pourrait réduire l’écart, affirment les spécialistes médicaux.

Sur les près de 40 millions de préservatifs vendus l’année dernière dans les pharmacies, centres de santé et autres points de distribution du pays producteur de pétrole, seuls 60 000 étaient des préservatifs féminins, d’après le Programme national de lutte contre le sida (PLNS).

Pour Yvette Ngwevilo Rekangalt, la présidente de l’organisation non gouvernementale SOS Mwana (enfants en langue locale), qui s’occupe d’enfants démunis, la faible utilisation des préservatifs est principalement due à leur prix élevé.

Dans les pharmacies de la capitale Libreville, le préservatif féminin est vendu entre 1000 et 2000 francs CFA (US$2 à $4), tandis que le préservatif masculin se vend entre 650 et 1000 francs CFA ($1.20 a $2) l’unité.

Il existe en outre des circuits de distribution gratuite de préservatifs masculins que l’on retrouve ensuite sur les marchés ou chez les vendeurs à la sauvette au prix de 125 francs CFA ($0.23).

Cependant, depuis septembre 2003, le Mouvement gabonais pour le bien-être familial (MGBEF), structure offrant des visites prénatales, conseils en planification familiale et bilans médicaux à prix réduit, propose, grâce à une subvention de la Fédération internationale pour la planification familiale dont le siège se trouve à Londres, des préservatifs féminins au prix de 100 francs CFA ($0.2) et des préservatifs masculins au prix de 25 francs CFA ($0,05).

D’après Thierry Zue Asseko, directeur exécutif du MGBEF, l’initiative a eu un succès immédiat, et l’association a vu ses ventes globales de préservatifs tripler sur les deux derniers semestres.

« Le MGBEF a vendu au second semestre 2003 près de12 000 préservatifs tous sexes confondus tandis que nous avons écoulé, au premier semestre 2004, près de 34 000 préservatifs, dont 10,000 préservatifs féminins, » a-t-il dit.

L’organisation est depuis, en rupture de stock, attendant d’être ravitaillée par son partenaire britannique, a-t-il ajouté.
Pour le Dr Richard Aubame, du Centre hospitalier de Libreville, c’est parce que les préservatifs féminins sont peu médiatisés qu’ils sont peu utilisés.

« Il y a beaucoup plus de publicité destinée à l'utilisation du préservatif masculin (90%) alors qu'il est de 10% pour le préservatif féminin, sans doute à cause de la venue récente de ce dernier sur le marché », a-t-il déclaré à IRIN.

"Nous pensons que la tendance sera équilibrée avec le temps et la baisse du prix du préservatif féminin", a-t-il ajouté.

Dans ce pays de 1,2 million d’habitants, dont le quart de la population active est au chômage, nombre de jeunes filles se prostituent et s’exposent ainsi au VIH/sida, rapporte le PNLS, qui précise que le risque d’infection par le VIH durant des rapports non protégés est deux à quatre fois plus élevé pour une femme que pour un homme.

Dans un rapport épidémiologique sur l’année 2003 publié le mois dernier par le PNLS, le taux de prévalence national atteint 8,1 pour cent de la population gabonaise, et près de 50.000 personnes vivent avec le VIH/SIDA.

Le préservatif féminin constitue donc un excellent moyen de tout à la fois se prémunir contre les maladies sexuellement transmissibles et réguler le rythme des grossesses, selon Ngwevilo Rekangalt.

« Avec la vulgarisation du préservatif féminin, les jeunes filles peuvent à présent contrôler seules leurs maternités », a-t-elle déclaré à IRIN.

« Mais certains hommes y voient une menace à leur virilité », a-t-elle ajouté.


[FIN]




 
Autres articles sur Gabon
Dépistage et traitements gratuits pour les plus vulnérables ,  29/Apr/05
Une nouvelle campagne de sensibilisation au VIH/SIDA “résolument positive” ,  28/Apr/05
De nouveaux centres de prise en charge des personnes vivant avec le VIH,  20/Apr/05
Les coutumes peuvent exposer les femmes au VIH/SIDA -- Min,  9/Mar/05
Ouverture d'une première usine de fabrication d'ARV pour l'Afrique centrale ,  14/Feb/05
 

[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.