"); NewWindow.document.close(); return false; }

Les médecins demandent une loi pour sanctionner la contamination volontaire
Vendredi 26 août 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

GABON: Les médecins demandent une loi pour sanctionner la contamination volontaire


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]


LIBREVILLE, 28 janvier (PLUSNEWS) - L'Ordre gabonais des médecins a dénoncé jeudi l’absence de cadre juridique pour statuer sur les cas de contamination volontaire par le VIH, en augmentation au Gabon.

Lors d’une rencontre avec la ministre de la Justice Honorine Dossou Naki, la direction de l’Ordre des médecins s’est dite préoccupée par le vide juridique autour de cette question. Selon le docteur Emmanuel Ogandaga qui conduisait la délégation, cette situation encourageraient certaines «personnes indélicates» a délibérément contaminé des partenaires non-infectées.

«Nous avons donné au garde des Sceaux des explications qui devraient permettre au législateur d'initier un texte de loi pour protéger les personnes saines», a dit Ogandaga, qui a ajouté que la contamination volontaire est un problème préoccupant au Gabon.

Cette question est très controversée. Ainsi, pour la première fois en France, un homme a été condamné en janvier à six ans de prison ferme et une amende pour avoir volontairement contaminé deux femmes lors de rapports sexuels non protégés.

Les activistes et les scientifiques ont condamné cette décision, estimant que cela revenait à criminaliser les séropositifs, à renforcer la stigmatisation et à favoriser les attitudes de dénégation, les personnes séropositives pouvant désormais craindre d’être considérées comme coupables.

Comme l’affirme le professeur Willie Rozenbaum, du Conseil national du sida en France, la prévention est fondée sur le concept reconnu par l'Organisation mondiale de la santé de la responsabilité partagée lors de rapports sexuels non-protégés.

[FIN]

Plus de breves




 
Autres articles sur Gabon
Dépistage et traitements gratuits pour les plus vulnérables ,  29/Apr/05
Une nouvelle campagne de sensibilisation au VIH/SIDA “résolument positive” ,  28/Apr/05
De nouveaux centres de prise en charge des personnes vivant avec le VIH,  20/Apr/05
Les coutumes peuvent exposer les femmes au VIH/SIDA -- Min,  9/Mar/05
Ouverture d'une première usine de fabrication d'ARV pour l'Afrique centrale ,  14/Feb/05
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
Sida Info Services
Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
Le Réseau Afrique 2000
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.