"); NewWindow.document.close(); return false; }

Les tradipraticiens plaident pour la légalisation de leur traitement contre les IST
Mercredi 24 août 2005
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
Afrique de l'Ouest
·Bénin
·Burkina Faso
·Cameroun
·Cap Vert
·Côte d’Ivoire
·Gabon
·Gambie
·Ghana
·Guinée Equatoriale
·Guinée
·Guinée Bissau
·Liberia
·Mali
·Mauritanie
·Niger
·Nigeria
·Sao Tome et Principe
·Sénégal
·Sierra Leone
·Tchad
·Togo
·Sahara occidental

Documents

Abonnementpar email
 

GHANA: Les tradipraticiens plaident pour la légalisation de leur traitement contre les IST


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]


DAKAR, 7 janvier (PLUSNEWS) - Les traitements utilisés par les tradipraticiens du Ghana devront être analysés par les instituts nationaux de recherche afin de les inclure dans la liste officielle des médicaments essentiels, selon le président de Prometra Ghana, une ONG qui défend l’usage de la médecine traditionnelle dans le traitement des infections sexuellement transmissibles.

Selon Togbega Dabra IV, qui s’exprimait en marge d’un atelier organisé à Takoradi sur ce sujet, les recherches scientifiques qui seront menées sur ces médicaments permettront d’évaluer leur efficacité et de faire de la médecine traditionnelle une composante à part entière du système national de santé publique, notamment en matière de santé de la reproduction et du VIH/SIDA.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 80 pour cent des populations d’Afrique sub-saharienne ont recours à la médecine traditionnelle, moins chère que la médecine conventionnelle, et de sa disponibilité, notamment dans les zones rurales les plus reculées.

Le Ghana, où le taux de prévalence au VIH s’établit à 3,6 pour cent, est un des pays pilotes choisis par le PNUD pour promouvoir la recherche et la mise en place d’un cadre légal pour intégrer la médecine traditionnelle dans les systèmes de santé nationaux en Afrique. Le Burkina Faso, le Sénégal et la Guinée Bissau font également partie de ce programme.

[FIN]

Plus de breves



  Cet article a été consulté 4 fois

 
Autres articles sur Ghana
La stigmatisation ne faiblit pas malgré la mise à disposition des traitements,  17/Aug/05
Des vies transformées par les antirétroviraux,  20/May/05
Tuberculose et VIH/SIDA, même combat,  17/May/05
Le taux d’infection au VIH en baisse ,  13/Apr/05
Les entreprises s'investissent peu à peu dans la lutte contre le sida,  7/Apr/05
Liens
Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
The Global Fund to fight AIDS, Tuberculosis & Malaria
AEGIS
Mothers and HIV/AIDS

PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.