"); NewWindow.document.close(); return false; }

IRIN PlusNews | Afrique Australe | Mozambique: Les publicités mensongères sur le sida inquiètent | Care Treatment, Economy Business, Media, Prevention, PWAs ASOs, Research, Stigma Human rights Law | News Items
Mercredi 22 février 2006
Accueil A propos de PlusNews Profil pays L'actualité en bref Articles spéciaux S'abonner Archives IRINnews
 

Régions

Afrique
Afrique de l'Est
Grands Lacs
Corne de l'Afrique
Afrique australe
·Angola
·Botswana
·Comores
·Lesotho
·Madagascar
·Malawi
·Maurice
·Mozambique
·Namibie
·Afrique du Sud
·Swaziland
·Zambie
·Zimbabwe
Afrique de l'Ouest

Documents

Abonnementpar email
 

MOZAMBIQUE: Les publicités mensongères sur le sida inquiètent


[Cet article ne représente pas le point de vue des Nations Unies]



©  Alfredo Mueche/IRIN

Ce panneau dans une rue de Maputo vante les mérites d’un tradipraticien de Nampula qui peut guérir toutes les maladies, sauf le sida.

MAPUTO, 7 février (PLUSNEWS) - La publication dans des journaux d’encarts publicitaires permet à la médecine traditionnelle d'attirer une plus large clientèle mais les affirmations extravagantes de certains prétendus guérisseurs du sida inquiètent de plus en plus au Mozambique.

L’un de ces encarts affirme par exemple que «des guérisseurs traditionnels ayant travaillé en Afrique et en Europe disposent désormais de médicaments antirétroviraux africains qui permettent de soigner les personnes souffrant de diverses maladies comme le sida, la tuberculose, l'asthme, les hémorragies, la mycose, l'anémie, la blennorragie, la syphilis et la paralysie».

«Ils peuvent également trouver des solutions aux problèmes de couple, de malchance, de chômage, de promotion de carrière», poursuit le texte.

Certains journaux, comme l'hebdomadaire indépendant "Savana", ont refusé de publier ces publicités.

«Nous ne publions pas de telles déclarations avant qu'elles n’aient été vérifiées au préalable par des scientifiques», a expliqué Fernando Gonçalves, l’éditeur de Savana. «Dans le cadre de la lutte contre le VIH/SIDA, nous ne pouvons pas accepter de publier une publicité qui décevrait l’opinion publique».

Aurélio Morais, le porte-parole de l’association mozambicaine de la médecine traditionnelle (Ametramo, en portugais) partage le point de vue de Fernando Gonçalves.

«Tout tradipraticien qui prétend pouvoir soigner les personnes vivant avec le VIH/SIDA est un charlatan», a-t-il affirmé. «Avant de faire de la publicité, la personne qui ‘peut soigner le sida’ doit nous rencontrer pour discuter et avant tout partager ses expériences».

Aurélio Morais a demandé à ce que l'on mette un terme à ce genre de publicité.

«Qu'un guérisseur fasse de la publicité pour ses services et qu’il indique son adresse est une chose, mais qu'il mentionne de but en blanc qu’il peut soigner les personnes atteintes du sida en est une autre», a-t-il ajouté.

Ametramo a formé ses membres à la prévention et au traitement du VIH/SIDA pour compléter le travail accompli par la médecine occidentale.

Une question en débat au sein des rédactions

Almiro Santos, le directeur de l’hebdomadaire sportif Desafio, a souligné que tous les guérisseurs n’exagéraient pas forcément.

Ceux qui réussissent à soigner des infections liées au VIH doivent être soutenus, a-t-il estimé, et ils ne doivent pas être confondus avec ceux qui prétendent avoir des remèdes miracles, «car ces gens-là sont des opportunistes».

Alexandre Chiure, représentant de la rédaction du quotidien “Diário de Moçambique” à Maputo, la capitale mozambicaine, s’est montré plus prudent en ce qui concerne une interdiction définitive de tels encarts publicitaires, car ils contribuent à la survie des journaux et offrent un service public.

«Nous ne devons pas interdire ce genre de publicité car certaines personnes s'intéressent à la médecine traditionnelle», a-t-il plaidé. «La plupart des habitants du Mozambique sont nés et ont grandi avec ces pratiques et ils croient en leurs pouvoirs».

Comme aucune loi ne régule la médecine traditionnelle au Mozambique, les auteurs de publicité mensongère ne sont pas inquiétés.

«Les guérisseurs traditionnels doivent, certes, pouvoir faire de la publicité pour les domaines dans lesquels ils travaillent», a dit Felisbela Gaspar, une biologiste qui travaille auprès du département des plantes médicinales et de la médecine traditionnelle de l'Institut national de la santé.

«Mais lorsqu'ils disent qu’ils peuvent soigner les personnes atteintes du VIH/SIDA, non seulement ils mentent mais en plus ils jouent avec la vie des gens», a-t-elle déploré.

Le Conseil national de lutte contre le sida s’inquiète également des journaux qui encouragent la publicité mensongère. Diogo Milagre, le directeur exécutif adjoint du Conseil, a ainsi demandé au gouvernement d’intervenir.

Bien que les journaux ne soient parvenus à aucun consensus, «les éditeurs prêtent plus d’attention au problème, et par conséquent, ces publicités sont moins fréquentes dans les journaux qu'auparavant», a indiqué Fernando Gonçalves.

Pourtant, dans les rues de Maputo, les affiches vantant les mérites de prétendus experts capables de soigner les personnes atteintes d'impuissance sexuelle, du VIH/SIDA, de blennorragie ou de diabète sont toujours courantes.

[FIN]




 
Autres articles sur Mozambique
Développer des stratégies contre la stigmatisation liée au VIH,  4/Nov/05
Les difficultés économiques, un défi pour les patients séropositifs,  2/Aug/05
Les enfants affectés par le VIH/SIDA ont besoin de davantage de soutien,  17/Jun/05
Les travailleurs au premier rang de la lutte contre le VIH/SIDA,  2/May/05
L'Etat veut rémunérer les bénévoles dans le cadre de son programme de soins à domicile,  3/Feb/05
Liens
· Le portail d'informations générales de la Côte d’Ivoire
· Sida Info Services
· VIH Internet
· Aides
· Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme


PlusNews n'est pas responsable des informations fournies par ces sites internet.


[Retour] [Accueil]

Cliquer pour envoyer réactions, commentaires ou questions à PlusNews.

Les informations contenues dans ce site web vous sont parvenues via IRIN, le service d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les opinions des Nations Unies ou de ses agences. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite de son auteur.